Le All-Star Game est-il devenu ennuyeux ?

6_znljdiA l’occasion du All Star week-end du 18 au 20 Février 2017, il serait de bon ton de revenir sur ce qui fait de cet événement un des plus attendus dans le monde du sport US. Créé en 1951 à Boston, ce week-end regroupe différentes activités : le Celebrity Game, le Rising Star Challenge, le Concours des meneurs, le Three Point Contest, le Slam Dunk Contest et pour finir le All-Star Game pendant lequel s’affrontent 24 joueurs, 12 de la Conférence Ouest et 12 de la Conférence Est, élus par un système de votes comprenant : un pourcentage de votes du public, un pourcentage de votes des entraîneurs et de la presse et enfin un pourcentage de votes venant des joueurs eux-mêmes.

En cette année 2017, cette nouvelle édition va se dérouler à la Nouvelle-Orléans, maison des Pelicans et ce pour la 3e fois, mais comment est donc choisie la ville hôte ? Boston, première ville à avoir accueillie ce week-end spécial, ne l’a plus organisée depuis 1964 tandis que d’autres villes comme l’hôte de cette année l’a obtenue 3 fois en 10 ans. La réponse est simple : la NBA lance chaque année un appel d’offres pour l’obtention de ces 3 jours et si 2 villes ou plus se trouvent à avoir des dossiers similaires en termes d’infrastructures, la ville qui n’aura pas participé à ces “enchères” ces dernières années sera privilégié. Avant de s’attaquer au main event, nous allons rapidement parler du succès des Contest et Challenges. L’explication générale demeure en un seul mot : le Divertissement. Quoi de mieux que de voir 4 joueurs imaginer des figures avant de mettre un puissant dunk, de les voir sauter afin de rester le plus longtemps possible en l’air avant d’enchaîner sur les meilleurs meneurs de la ligue qui vont dribbler ou envoyer un tir précis dans un anneau. Tout cela pour dire qu’au fil des années le succès du All Star Week-end s’est basé sur le divertissement des téléspectateurs. Cela a donc peut-être un lien avec la mutation du match regroupant les meilleurs joueurs de la ligue.

Tout pour l’attaque

 111-94, tel était le score final de la première édition, depuis maintenant plusieurs années, le résultat est bien différent et l’année dernière le record a été battu : 196-173. Presque 200 points marqués par une seule et même équipe, c’est du jamais vu. Autant dire que la défense n’est pas vraiment au rendez-vous, les joueurs préférant laisser des espaces pour pouvoir contre attaquer de manière flamboyante. Comme exprimé plus tôt, le divertissement est le centre des attentions lors de ce week-end où les étoiles du basket se rencontrent. Cela plaira aux amateurs qui regarderont les Highlights le lendemain mais pour de vrais amateurs cherchant de l’intensité et un affrontement entre les meilleurs joueurs NBA, ce match ne donne pas/plus envie de rester éveillé. Pour appuyer ces propos, le Rising-Star challenge regroupant les meilleurs joueurs américains et étrangers dans leur 1ere ou 2e année en NBA s’est terminé cette nuit à 150-141. Résultat ? 3 blocks et 17 steals. Les défenses laissaient la porte ouverte à toutes les passes ou haies d’honneur pour laisser l’adversaire dunker sans problèmes. Mais est-ce vraiment obligatoire de ne pas défendre pour montrer du spectacle ? Stephen Curry, LeBron James, Kyrie Irving ou encore James Harden sont tout à fait capables de s’illustrer par de beaux shoots ou actions de haut standing alors que des défenseurs sont présents sur eux. La non sélection de Rudy Gobert, le pivot de l’Utah Jazz, leader de la ligue en nombre de blocks montre bien que ce match n’est pas tourné vers un équilibre mais bien sur une attaque permanente.

Malgré tout cela, les NBA All Star week-end attire toujours des millions de téléspectateurs : 7.6M en 2016 pour ce simple match, certes bien moins qu’il y a 20 ans où les audiences atteignaient 20 millions pour les raisons exprimés auparavant, mais cela reste une opportunités pour les marques cherchant de la visibilité.

Des sponsors omniprésents

Verizon Slam Dunk contest, JBL Three-Point contest, BBVA Compass Rising Star Chellenge ou la présence d’Adidas sur les maillots All Star, les marques cherchent à se montrer lors de cet événement tout comme les équipementiers qui lancent un nouveau modèle pour tous les All Stars.  Ce regroupement de toutes les stars américaines que ce soit NBA ou autres (présence de Kévin Hart au NBA All Star 2012) permets de gagner en visibilité sur le continent américain et le naming des compétitions les plus attendus est le meilleur moyen de toucher le plus de personnes. Mais en dehors de ce moyen brut, on a aussi pu observer par le passé une intégration “subtile” d’une marque. Blake Griffin, au Slam dunk contest de 2011, avait fait venir une voiture pour sauter au dessus et finir par un dunk, fantastique opportunité pour la marque qui sera cette année présente sur les maillots du match final. Nous pourrions continuer longtemps à parler de toutes les marques qui seront présentes pendant ces 3 jours mais il y en aurait beaucoup trop à citer car, en plus du parquet visible à la télévision, il y a les plus de 100.000 spectateurs présents sur place qu’il faut toucher via du sponsoring qui pourra être présent devant la salle, dans les boutiques, cafétarias, ATM etc.

Bien que ce week-end est été en perte de vitesse ces dernières années, il semblerait qu’il y ai un regain de popularité, était-ce dû au départ de Kobe Bryant en 2016 ? La nouvelle formule des challenges ? Quoi qu’il en soit cela reste un événement incontournable dans le calendrier de tous les fans de basketball.

Nicolas Nocquet

Photo : logo du NBA All-Star week-end à la Nouvelle Orléans en 2017
Crédit photo : twitter.com/nbaallstar

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s